FAIT-IL TOUJOURS SOLEIL À VAUBAN?

Septembre 2018 » Environnement » Par Jules Rodschat et Ghita Attar, association du bâtiment durable

Une enfant qui circule dans la rue — aucune auto ne présente.

VISITE GUIDÉE D’UN QUARTIER EXEMPLAIRE EN ALLEMAGNE

Il va sans dire, l’environnement est un sujet chaud; le citoyen montréalais moyen s’y met comme il peut : recyclage, compostage ou covoiturage sont aujourd’hui des options possibles dans la majorité des arrondissements. Avec la tenue récente de l’évènement controversé du «G7», le bannissement des bouteilles et des sacs en plastique, Montréal semble s’élever dans le palmarès des villes vertes

Étudiants (de gauche à droite) :
Association du bâtiment durable
Il faut dire que la visite du quartier Vauban, à Fribourg au sud-ouest de l’Allemagne, a remis en perspective l’enthousiasme que nous avions vis-à-vis de ce progrès. Pour pouvoir s’inspirer de ses créateurs, quelques étudiants de l’ÉTS ont eu la chance d’y faire un tour guidé en mai 2018. Nous vous partageons donc cette découverte dans les lignes qui suivent.

En 1975, des rumeurs de construction d’une centrale nucléaire couraient dans les rues de la ville de Wyhl; les futurs habitants de Vauban, 40 kilomètres plus loin, n’en voulaient aucune part. Ils avaient un objectif clair et encore peu commun à cette époque : la protection de l’environnement. Ils ont protesté tous les jours pendant quatre ans dans le but d’amener les dirigeants à abandonner la construction de ladite centrale. Et ils ont réussi! Depuis, Vauban — et la ville de Freiburg qui suit son exemple — est devenu un lieu de vie distingué. Ces évènements ont rapproché les citoyens : c’est une grande famille dispersée sur 42 hectares. C’est en 2000 que M. Mehnert joint la communauté où il habite encore aujourd’hui, dans un appartement qu’il a lui-même dessiné.

VIVRE À VAUBAN C’EST…

Les murs «verts» de Vauban
Association du bâtiment durable
Ici, il y a 3 types de bâtiments : à énergie basse (65 kW/m²), à énergie nulle (15 kW/m² et moins) et à énergie positive (qui en créent plus qu’ils en utilisent!) C’est à Vauban que se tient le premier immeuble, de 4 étages, à énergie nulle au monde. En outre, le quartier est axé sur l’énergie renouvelable, la gestion des eaux usées et une vie communautaire saine. Les appartements sont nombreux et racontent tous une histoire, tout comme celle qui accueille des citoyens motivés à vivre à Vauban, mais dépourvus de moyens financiers.

Chaque détail compte : l’isolation dans une nouvelle construction doit être calculée de façon optimale, 40 % des toits sont recouverts de panneaux photovoltaïques, les rails du tramway sont munis de systèmes d’isolation de son pour le confort des passants, le soleil y brille 1740 heures par année et les habitants y sont incroyablement solidaires. En fait, une des règles municipales interdit le positionnement d’une nouvelle bâtisse qui priverait un autre bâtiment de ce qui est considéré comme un droit essentiel : l’accès à la lumière naturelle.

La maison de notre guide ne fait pas exception. Une façade de bois, percée de fenêtres à triple vitrage et soutenue par une structure en brique et béton, permet à ses habitants de n’utiliser qu’une seule unité de chauffage pour ses 120 m². Notons aussi que l’intérieur de son appartement est un indéniable mélange entre ses deux formations professionnelles : ses murs sont recouverts de grands tableaux, certains racontant une histoire, d’autres donnent vie aux vagues de l’océan!

Chut… on circule!

Très peu de rues sont bordées de trottoirs, pour laisser la priorité aux piétons. Les enfants jouent dans les rues en toute quiétude. Dans la plupart des cas, les passages à double sens pour voitures ne peuvent être aussi étroits que 7,2 m, c’est pourtant le cas ici. Les automobilistes sont encouragés à se débarrasser temporairement de leur véhicule dans les stationnements qui bordent Vauban. Les rares voitures de Vauban sont souvent partagées entre voisins dans des systèmes de carsharing.

QUAND IL PLEUT, ILS SAVENT QUOI FAIRE!

Une ville sans planification de gestion des eaux pluviales ne peut plus être considérée comme une ville verte. Dans cette optique, des tranchées de rétention et d’infiltration ont été couvertes par de la végétation pour simuler le cycle naturel de l’eau — pluie, filtration par le sol, stockage dans les cavités et évaporation ou transport vers une source d’eau — . Ce phénomène a pu être expliqué en détail par un des étudiants qui faisaient un stage dans la compagnie de fabrication de ces systèmes. De plus, plusieurs maisons récoltent aussi l’or bleu pour leur utilisation domestique. Finalement, une rivière naturelle déjà existante a été restaurée et préservée pour la baignade.

UNE MAISON À FAIRE TOURNER LES TÊTES

Une voiture seule, sur le boulevard principal.
Association du bâtiment durable
L’architecte Rolf Disch créa en 1994 la toute première maison à énergie positive avec l’optimisation de ce cadeau du ciel qu’est le Soleil : gratuit et renouvelable. Pour se faire, trois méthodes d’utilisation ont été juxtaposées : les panneaux photovoltaïques qui demeurent à ce jour les originaux, des tuyaux sur le toit pour le réchauffage de l’eau, et finalement, le joyau de cette création, un système de rotation qui permet de pointer les façades vitrées vers le Soleil lors des périodes plus froides. Par contre, cette maison restera une construction unique pour l’instant, car, sans la contribution financière des parties externes, cela aurait été irréalisable.

Vivre à Vauban n’est pas aussi facile qu’on le croirait. Sans les aspects environnementaux, sociaux et économiques, un tel projet aurait déjà vu sa fin. La constante évolution et le partage d’une vision pour un écosystème naturel intégré dans les villes sont ce qui permet le développement d’un avenir durable. En tant que futurs ingénieurs, les étudiants sauront dorénavant s’inspirer de ces Allemands sur le front vert.

Devant la maison Héliotrope
Association du bâtiment durable

Article rédigé par :

Ghita Attar, Étudiante en génie de la production automatisé (GPA)

Jules Rodschat, Étudiant en génie de la construction (CTN)

Sur ce, les étudiants de l’ÉTS ayant participé à la visite aimeraient remercier le Fonds du développement durable de l’AÉÉTS pour le financement du tour guidé.

Un merci à M. Mehrnet de les avoir accueillis chez lui et dans son quartier.

Sans votre aide, ces apprentissages auraient été impossibles!

Ghita, Jules, Christopher, Wolfgang Merhnet, Marc-Antoine, Sylvain.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M. Merhnet, le guide, devant une maison qu’il a dessinée.
Association du bâtiment durable

«Nous construisons le monde comme nous l’aimerions.»
Association du bâtiment durable